Category Archives: Racisme Républicain, Post-Colonialisme

Journée De Lutte contre les violences policières : manifestons le 16 mars à Lyon

La GALE continue de soutenir les familles qui ont perdus un membre de leur famille assassiné par la police.

 

Les combats contre les violences policières, contre les injustices sociales, contre le racisme et tellement d’autres causes font des quartiers populaires des « gilets jaunes » malgré eux. Dans ce contexte, des collectifs et des familles de victimes de crimes policiers se battent pour obtenir justice et pour que la vérité éclate sur les circonstances de la mort de leurs proches entre les mains de la police. Alors, luttons ensemble contre les violences policières, contre le racisme et pour une vraie justice sociale !
Manifestation à 13h au départ de la place Guichard (Lyon 3eme), arrivée à 14h place Bellecour pour rejoindre les Gilets Jaunes

 

Dans les mémoires collectives de nos quartiers populaires lyonnais est inscrite une longue histoire de lutte pour la justice sociale. Depuis les révoltes populaires des années 80 aux Minguettes (Vénissieux) qui ont conduit à la marche pour l’égalité et contre le racisme initiée après un climat d’extrêmes violences policières, le combat légitime de certaines populations n’a jamais cessé.

Les combats contre les violences policières, contre les injustices sociales, contre le racisme et tellement d’autres causes font des quartiers populaires des « gilets jaunes » malgré eux. Dans ce contexte, des collectifs et des familles de victimes de crimes policiers se battent pour obtenir justice et pour que la vérité éclate sur les circonstances de la mort de leurs proches entre les mains de la police.

En banlieue ce sont 15 morts par an, des centaines de mutilé.es, humilié.es au quotidien et comme réponse obtenue il n’y a que la criminalisation des membres des familles des victimes, une falsification des preuves, des fausses expertises quand les familles réclament la justice, des procès où les blessé.es et les mort.es deviennent les coupables… Cette violence quotidienne réservée aux banlieues, dans un traitement racistes de ses populations s’étend à tous ceux et celles qui voudraient exprimer leur droit de vivre dignement…


Depuis le début du mouvement des « gilet jaune » ce sont :

• Plus de 6000 GAV, des centaines de comparutions immédiates et autant de peines de prison,
• 195 blessures à la tête dont 21 éborgné·es,
• 5 mains arrachées,
• décès de Zineb Redouane, 80 ans, atteinte par une grenade lacrymogène au visage alors qu’elle fermait simplement ses volets…

Avec la médiatisation de toutes ces violences policières, plus personne ne peut ignorer les comportements de la police et l’impunité dont elle bénéficie à chacune de ses exactions. Pour toutes ces raisons, à Lyon comme à Paris, nous devons faire exister cette journée internationale contre les violences policières pour :

• dire que nous n’oublions pas les blessé.es et les mort.es
• demander la Vérité et Justice pour toutes les victimes de violences policières et du système des frontières
• se battre pour l’interdiction de la clé d’étranglement, du pliage et du plaquage ventral (techniques d’immobilisation mortelles utilisées par la police) et des contrôles au faciès, le retrait des LBD, des flash-balls, de tous les types de grenades et du pistolet à impulsion électrique,
• dénoncer les médias et la justice qui salissent la mémoire des victimes
• dénoncer l’impunité judiciaire dont bénéficient les forces de l’ordre

Alors, luttons ensemble contre les violences policières, contre le racisme et pour une vraie justice sociale !

Manifestation à 13h au départ de la place Guichard (Lyon 3eme)

JPEG - 360.4 ko

Premiers signataires : Comité Vérité et Justice pour Mehdi, Comité Vérité et Justice pour Bilal, Comité Justice et vérité pour Wissam, Comité Justice et vérité pour Morad, Comité Justice et vérité pour Sofien, Comité Justice et vérité pour Mehdi B., Comité vérité et justice pour Joail, Collectif Dar Harraga, Groupe antifasciste Lyon et Environs, Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP Grenoble), Collectif de réflexions, Analyses et d’actions postcoloniales (C.R.A.A.P ), Collectif Des Raciné·e·s, …

Communiqué du Groupe Antifasciste de Lyon et Environ concernant le meeting contre le racisme et les violences policières.

 

Le dimanche 26 février devait se tenir, à la Maison des Passages, un meeting contre les violences policières,la hogra et la chasse aux migrant.es.

A l’appel d’un collectif varié d’organisations, dont la GALE, il avait pour ambition de dénoncer les crimes policiers, leur caractère raciste ainsi que le silence judiciaire et médiatique autour de ceux-ci. Ce meeting était initialement prévu une semaine plus tôt.
C’était sans compter l’attitude de la mairie Parti Socialiste de Vaux-en-Velin, qui a finalement retiré l’accès à la salle en dernière minute. Ce coup porté à la mobilisation contre les violences policières ne sera pas oublié et doit être dénoncé.
Dans la nuit du 25 février au 26 février, un petit groupe non identifié de militants d’extrême-droite, a forcé l’entrée du lieu et cassé quelques vitres. Cela dans le but de faire pression sur les propriétaires pour forcer à l’annulation du meeting.
Fascinante alliance objective, de circonstance, entre une mairie PS et des militants d’extrême-droite.
Nous ne pouvons analyser cette méthode que comme un terrible aveu de faiblesse de la part de l’extrême-droite lyonnaise. Aveux de faiblesse par deux aspects:
D’une part cette méthode d’apprenti commando n’est qu’une manière de masquer l’impossibilité, pour les nervis, de s’opposer frontalement au meeting, de le perturber.
D’autre part la faiblesse idéologique d’un conglomérat d’organisations, qui, taisant leur pseudo-rébellion contre l’Etat, ce sont démasqués par leur absence totale de cohérence idéologique. Passant d’ « ACAB » [All Cops Are Bastards] clamés, pour séduire le milieu hooligan, à des déclarations d’amour à la police, les fascistes montrent le vide de leurs conceptions théoriques.
Ils se sont révélés également incapables de porter la moindre contradiction, et se sont donc ravalés à leur rôle de base : des auxiliaires de police et des gardes corps de l’Etat bourgeois.

Sous la pression, les gestionnaires de la maison des passages ont souhaité annuler le meeting dans leurs locaux et des camarades nous ont proposé leur salle.
Nous ne pouvons que trouver regrettable le recul quant à la tenue de ce meeting en place et lieu prévu. Ceci a été exploité par une extrême-droite toujours avide de publicité.
En revanche nous ne pouvons que saluer nos camarades de la Maison de la Mésopotamie pour l’accueil qu’ils ont offert au meeting, illustrant une solidarité exemplaire.

Différents thèmes ont été évoqué lors de ce meeting allant de la gestion coloniale des populations d’origine post-coloniale, l’islamophobie, la répression des mouvements sociaux, l’impérialisme à la lutte des quartiers populaires etc, etc…
Vous pourrez trouvez ici le programme du meeting: https://www.facebook.com/events/373815863002010/

Durant la matinée et jusqu’au départ en cortège pour la Maison de la Mésopotamie, la GALE, ainsi que des militant-e-s issu-e-s d’autres organisations, ont assuré la sécurité de la maison des passages. Malgré quelques provocations de la part de fascistes en mal de sensations, aucun incident ne fut à déplorer.

Malgré le fait que le Parti Nationaliste Français se soit empressé de communiquer sur le fait que le meeting soit déplacé, plusieurs choses sont à noter.
D’une part, ce déplacement n’était absolument pas révélateur d’une impossibilité imposée par le rapport de force des fascistes. Il était un choix de la part des propriétaires du lieu.
D’autre part, nos militants et militantes ont organisé un cordon de sécurité devant l’Eglise la plus intégriste de Lyon. A aucun moment, les fiers militants du P.N.F. n’ont été en mesure de pouvoir ne serait-ce que faire pression sur eux et elles. Il n’a pas été une difficulté particulière de faire cela, tandis que nous doutons de la capacité même de ces groupes de pouvoir agir, à drapeau déployé, dans le moindre quartier populaire de Lyon.
La guerre des images, assez puérile, menée sur les réseaux sociaux, est à l’image de l’idéologie de ces groupes : faite de mensonges, de déformations et de fantasmes. Leur rêve de quartier d’apartheid reste du domaine du rêve, non de la réalité.

La GALE ne leur laissera pas ce loisir. Le slogan « pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartiers pour les fachos » n’est pas une phrase creuse. Ils seront chassés de nos rues, de nos quartiers.
Nous promouvons un antifascisme indépendant des institutions, de la police, de l’Etat et des partis bourgeois. Ce n’est ni la préfecture, ni la police, ni les élections qui balaierons les fascistes et leurs idées, mais bien l’autodéfense populaire et l’organisation collective.
Militants, militantes de la GALE, nous voulons construire cette organisation.
Faisons vivre et renforçons la lutte antifasciste !

LA RESISTANCE EST EN MARCHE !

Cela fait quelques temps déjà que la mobilisation contre le projet de loi travail a commencé et la rage gronde dans les lycées, les facs, les entreprises mais aussi pour les chômeur.ses et les sans papiers.

Le mouvement prend de l’ampleur : manifestations massives, blocages de lycées et facs, interventions dans les centres commerciaux, tractages, actions de désobéissance civile, grève etc.. Seulement, partout la répression fasciste est la seule réponse donnée par le gouvernement. Arrestations violentes, intimidations, gazages, matraquages ne se comptent même plus. Tout cela est bien sur maintenu grâce aux chiens de garde que sont la police complice !

Nous ne pouvons pas oublier non plus les dérives sécuritaires, islamophobes, racistes et antisociales que nous impose cet Etat. Que ce soit l’état d’urgence qui chaque jour justifie l’arrestation, l’assignation à résidence, la mise sur écoute, la perquisition de logement de plusieurs personnes. Ou encore de la « justice française » qui condamne des salarié.e.s, des militant.e.s qui défendent leurs droits. Mais aussi des propos islamophobes et négrophobes de la ministre de la famille, des propositions de lois ouvertement racistes.

L’extrême droite profite de ce terreau et sa parole se libère de manière fulgurante. Les attaques fascistes font nombres mais la riposte est imminente !

Plus que jamais, la résistance est nécessaire pour éradiquer toutes les menaces, qu’elles viennent du gouvernement ou des groupuscules/partis d’extrême droite !

En ce jour du 1er Mai et pour la suite,

l’Antifascisme doit redevenir populaire !

Compte-rendu des dernières initiatives antiracistes à Lyon

Retour sur les derniers rassemblements antiracistes organisés à Lyon, les 8 et 21 mars avec l’ Autodéfense et Offensive Populaires Lyonnaise.

Le 18 janvier avait lieu un 1er rassemblement antiraciste, à Lyon, initié par des jeunes lyonnais. Empêché par les forces de l’ordre, les jeunes, soutenus par le CSAO le Harraga et la GALE, se regroupent sous le nom de « autodéfense et offensive populaires lyonnaise » pour ressortir dans la rue le 8 mars, cette fois rejoint par Génération Palestine et l’UJFP. Ils se rassemblent pour une journée contre le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme sur la place du pont dans le 7e. Le lieu fut, la veille, repeint avec des slogans féministes.

La suite à lire sur rebellyon.info

Ensemble contre tous les racismes et le fascisme, L’égalité ou rien !

Rendez-vous sur les Quai de Rhône au niveau du Pont de la Guillotière (en face du manège) de 15H00 à 18H00 Samedi 21 mars 2015 !!

Nous refusons que cela soit utilisé pour légitimer les théories d’un « choc des civilisations » qui dressent des populations les unes contre les autres en raison de leur religion réelle ou supposée.

Nous condamnons l’islamophobie et l’antisémitisme et toutes les formes de racisme comme nous condamnons les stigmatisations contre les quartiers populaires.

Nous refusons les actes négrophobes.

Nous refusons la chasse aux migrantEs et aux Rroms et les limitations à la liberté de circuler.

Nous refusons toute restriction à nos capacités de résister aux politiques antisociales au nom d’une « union nationale ».
Continue reading

Rassemblement Contre le Racisme, L’Islamophobie et l’Antisémitisme

Suite aux attentats de janvier contre Charlie Hebdo et contre le magasin Hyper Cacher, nous constatons la multiplication et l’aggravation des actes racistes, islamophobes et antisémites, qui ne sont que la continuation des discours et politiques d’Etat qui stigmatisent, tuent et discriminent depuis des décennies. On dénombre d’ores-et-déjà plus d’actes islamophobes depuis les attentats que pour toute l’année 2014.

Rassemblement 8 mars 2015

A Lyon, une cinquantaine de signalements relevant de l’apologie du terrorisme ont été déposés au Parquet. Des personnes, y compris des enfants, sont donc dénoncées, sanctionnées, auditionnées par la police, placées en garde-à-vue et/ou condamnées en comparution immédiate, pour avoir supposément perturbé une minute de silence, déclaré qu’ils « n’étaient pas Charlie » ou tenu des propos parfois “provocateurs” dans le cadre de conversations privées. Et tout cela au nom de la liberté d’expression ! On pense ainsi au cas du petit Ahmed, 8 ans, entendu le 28 janvier au commissariat de Nice pour « apologie du terrorisme » pour avoir simplement refusé de participer à une minute de silence.

Nous refusons toute récupération politique et injonction à l’unité nationale.
Continue reading

17 octobre 1961 – 17 octobre 2014 : l’état français tue !

Le 17 octobre 2014 qui s’inscrit dans la semaine contre les violences policières et le racisme d’état, sera une manifestions en hommage au centaine de mort(e)s algérien(ne)s tués par l’État français le 17 octobre 1961.

Hier comme aujourd’hui, l’État français continue la chasse aux sans-papiers, la discrimination des rroms, les expulsions, les violences policières qui finissent en crime….

Une marche pour rappelé le courage de celle et ceux qui ont lutter et braver le racisme d’État, mais aussi rappelé qu’il n’y a pas de rupture dans l’histoire française depuis les années coloniales.

Rendez-vous : 18H00 Place Belleville

(Angle de la Route de Vienne et de la Rue Audibert et Lavirotte) – 69008 (Bus C12 ou C35 – Arrêt Grand Trou ou T4 Lycée Lumière à 10mn)

La suite sur Rebellyon.info

octobre 2014