Monthly Archives: novembre 2017

Remerciements de la part de notre camarade Tête 2 Pioche, prisonnier du mouvement anti g20 et libéré après trois mois d’incarcération

Interpelé lors de la manifestation contre le g20″ Welcome to hell » puis placé en détention pendant 3 mois à la prison JVA Bilwerder de Hambourg, cela fait un mois que j’ai retrouvé la liberté.
Il est grand temps de remercier toutes les personnes et organisations ayant participé de près ou de loin a améliorer la vie en détention et œuvré pour ma libération.

 

Merci à mes amis présent lors de l’interpellation et à toutes les personnes venues demander nom prénom et dates de naissance pour transmettre a la légal team
Merci a la légal team hambourgeoise
Merci a rote hilfe qui nous a fait parvenir à tous les prisonniers du g20 des lettres de soutien venant de toute l’Europe

Merci au collectif « United we stand » pour l’organisation chaque premier dimanche du mois (sans faute) de manifs de soutien devant la prison avec musique et prises de parole en plusieurs langues pour que tous toutes les inculpésé-e-s) puissent comprendre.

Merci au PGR crew d’avoir pris soin de mon clébard pendant 3 moi et d’avoir soutenu ma mère et ma copine.
Énorme merci a ma famille et mes amis pour les mandats et pour les lettres reçues en détention. Recevoir des nouvelles de l’extérieur (et des blagues à la con) aide beaucoup a supporter l’enfermement.

Un grand merci au Groupe Antifasciste Lyon et Environs pour le soutien moral et financier offert a moi et ma famille.
Merci au groupe Moscow Death Brigade pour le concert de soutien et au rafiot de l’avoir accueilli.
Merci aux codétenus de JVA bilwerder (du G20 ou non) pour leur solidarité et leur humour entre les murs.
Merci à la famille, aux amis et militants de Hambourg pour leur présence au procès.
Merci à l’essaim de Julie, au piraillons/annonéens; aux groupes et intervenants de la soirée de soutien ardéchoise.
Merci a toutes les personnes ayant aidé les détenu-e-s du G20, a tous ceux que j’ai pu oublier et a tous ceux qui continue de lutter.

Et bien sur un merci tout spécial a l’officier Kupey et à ses 10 copains robocops sans qui rien de tous cela n’aurai été possible

Merci a toutes et à tous

Tête 2 pioche.

Qu’est-ce que c’est que d’être antifasciste dans une prison fédérale aux Etats-Unis

Eric G. King est un militant anarchiste, vegan, antifasciste qui a pris dix ans de prison après avoir été accusé d’avoir lancé deux cocktails molotov dans un bureau gouvernemental à Kansas City.Retour ligne automatique
Arrêté en 2014 il est libérable en 2023.

Dans ce site : https://supportericking.org/Retour ligne automatique
Eric nous livre un témoignage de ce que c’est d’être antifasciste dans une prison américaine dans un système de séparation raciale et où est exercé une grande violence sur les prisonniers.Retour ligne automatique
En outre, il est régulièrement la cible des gardiens qui le harcèlent pour ses idées politiques. Il subit régulièrement des enfermements au mitards et multiples vexations.Retour ligne automatique
Voici la lettre qu’il a écrit traduite par nos soins.Retour ligne automatique

A quoi ressemble l’antifascisme dans une prison fédérale en 2017 ? Ce n’est peut-être pas ce que vous pensez.

Ne pensez surtout pas que vous allez balancer des coups de poings à tous les racistes, les porteurs de croix-gammée que vous croiserez, ce n’est pas la réalité.Retour ligne automatique
Cette façon de penser ne vous mènera nulle part. Le racisme au niveau fédéral est très prégnant et appliqué de manière très archaïque. A la prison de Leavenworth je me suis imaginé foncer et attaquer tous les bigots. Dans cette prison c’était quelque part envisageable, même a Englewood (prison de basse sécurité) c’était un peu une réalité, vous pouviez les tromper.Retour ligne automatique
La réalité est que plus vous allez haut dans le mode de sécurité de la détention et plus vous allez à l’ouest dans le « game » plus ce sera difficile d’exprimer vos idées antifascistes sans en payer le prix.

Tout est racialement divisé ici. Où tu manges, où tu t’entraines, où tu t’assieds, qui te coupe les cheveux, avec qui tu vis, avec qui tu joues. Retour ligne automatique
Ça a été très difficile pour moi au début car c’était un peu comme me trahir moi-même. Il n’y a pas moyen d’y résister, c’est TRES sérieux.Retour ligne automatique
Personne ne va faire une exception et perturber l’ordre de la prison pour l’antiraciste. Avoir une bonne pensée politique ne fait pas de vous quelqu’un d’exceptionnel ni de supérieur aux autres prisonniers. Être antifasciste ne fait pas de vous un enseignant, un prédicateur, un sauveur, ce système horrible ne fera pas de place à nos différentes croyances. Vous entendrez toute la journée des gens dénigrer chaque race, genre, ethnie, sexualité et nationalité, tout ce qui n’est pas blanc-américain-hétérosexuel.

J’ai dû apprendre très vite à mordre ma langue. Interpeller les gens ne vous mènera nulle part et finirez blessé. Si vos croyances et vos opinions sont connues, cela fournit plus d’armes aux autres qui voudraient les utiliser contre vous, et certains les utiliseront sans aucune hésitation ni doute. J’ai été interpellé pour ça de NOMBREUSES fois. J’ai le mot ANTIFA tatoué sur le visage. J’ai dû apprendre à ne JAMAIS prendre la perche qu’on vous tend, de garder vos idées pour vous-même et ceux qui vous sont proches. EN fin de compte copiner fait moins que de prendre des mesures conscientes. J’ai eu beaucoup de chance car des anciens ont vite aimé ma tête.

Il y a une tout petite frontière entre être toléré et être tabassé. Crier « tuez le blanco », éteindre la télé quand trump parle, vous exprimer, ces petites et grandes choses vont vous faire attirer les épaves, ce qui veut dire que ces bigots vont vous frapper dans la cour. Les autres Blancs non racistes ne vont PAS risquer de vous aider, les autres personnes racisées ne voudront pas déclencher une guerre qui fera des centaines de blessés pour une SEULE personne. Ensuite les personnes qui sont blessés sont celles que vous essayer de soutenir. Retour ligne automatique
Il y a eu des moments où mes idées m’ont causé beaucoup de problèmes ; très nombreuses confrontations et disciplines. Nous devons apprendre à marcher sur cette ligne d’être fidèle à vous-même sans vous mettre vous-même ou d’autres dans une situation où vous êtes transféré, mis à l’hôpital, mis dans l’unité de logement sécurisé, ou USD. Nous ne mettrons jamais fin au fascisme et à l’intérieur des murs et du système de la prison sans danser sur les cendres des prisons. Vous devez rester en vie et en sécurité, il est crucial de retourner à vos proches et à votre communauté.

Avec tout cela, il y a toujours des façons d’être vous-même, quand bien même si c’est de manière plus discrète que vous l’entendez. Parfois, ne pas rire de conneries racistes ou accepter un commentaire horrible peut en dire plus que n’importe quel argument ou poing. Au fil du temps, j’ai trouvé ma propre façon de lutter contre le système PSYOP raciste orchestré par la prison elle-même. J’ai trouvé qu’il est important d’être constamment conscient et de considérer les conséquences pour les autres de chacune de mes actions.Retour ligne automatique
EN prison un rien peut déclencher une guerre des races. Alors vos actions blessent les gens que vous essayez de soutenir. Être anti-fasciste pour moi ressemble souvent à me retirer respectueusement de toute conversation politique. Socialiser et prendre des cours enseignés par des gens d’autres races et permettre que ce soit un moment pour se connecter et s’engager dans le dialogue.

Pour moi rester debout peut se concrétiser en enseignant le yoga à tout le monde. Parfois, offrir une veste ou un chandail ou donner de l’argent pour quelqu’un qui est ouvertement gay et qui est harcelé est une position qui affecte la dynamique de l’ensemble de l’unité. Parfois, cela signifie avoir la capacité de donner des fournitures de base à des Blancs non racistes pour qu’ils n’aient pas à les prendre aux suprématistes blancs. Parfois, c’est jouer à des jeux avec d’autres races. Ou mettre mon ego et la politique à l’écart et laisser les gens des autres races se défouler autour de moi sans essayer d’expliquer leur colère ou leurs émotions. Être politisé et antifa ne me donne pas le droit d’être leur professeur. Je m’assois avec les musulmans dans la bibliothèque et j’y ai des conversations politiques (beaucoup de blancs n’aiment pas ça). Mon partenaire dirige des rencontres avec des gens de différentes races. Je reconnais que beaucoup de ces choses ne peuvent même pas être autorisées à d’autres endroits, ou peuvent vite être un gros problème, mais ici, elles me permettent de prendre position contre la politique de la race blanche.Retour ligne automatique
Je lis toujours des livres radicaux et des zines, mais je le fais dans ma chambre, où je fais MON temps, loin des gens qui sont accros aux embrouilles.

Si vous vous exprimez verbalement, préparez-vous à vous à vous battre parce que vous serez mis au défi et si vous aurez de la chance si c’est à un contre un. Les petites choses qui arrivent instinctivement peuvent vous mettre dans la panade, il est donc intelligent de toujours être alerte. J’ai été dans des embrouilles pour avoir ri au naufrage de bateaux de la marine, pour avoir regardé du foot avec des mexicains, pour avoir laissé un chat gay black dans mon cours de yoga.

Les problèmes auxquels la société est confrontée sont amplifiés en prison. Le racisme, l’homophobie, la violence sont tous très acceptés et normalisés. Être antifasciste en prison, c’est se mettre dans une position perturbatrice. Cela peut signifier des moments solitaires, des amitiés limitées, être isolé et se voir manquer de respect. La façon dont vous le portez dépend de chaque personne et de chaque situation. Se préserver est la priorité numéro un. Faire votre temps et restez fidèle à vous-même.

Eric aimerait avoir de vos nouvelles ! Écrivez-le à :

Eric King 27090045Retour ligne automatique
FCI FLORENCERetour ligne automatique
INSTITUTION CORRECTIONNELLE FÉDÉRALERetour ligne automatique
PO BOX 6000Retour ligne automatique
FLORENCE, CO 81226