Monthly Archives: décembre 2018

Appel à soutien pour les antifascistes lyonnais⋅es

 

Vu l’ampleur des dégâts et du préjudice financier suite à l’action de la police et de la justice, le Groupe Antifasciste Lyon et Environs fait appel à votre solidarité en passant par un pot commun.

Cher-e-s ami-e-s, camarades, sympathisant-e-s, que vous soyez contre l’extrême-droite ou attaché-e-s aux libertés publiques ; nous nous adressons à vous car nous avons besoin de votre soutien financier.Retour ligne automatique
Des camarades antifascistes ont subi des perquisitions ce mardi 13 Novembre 2018, à 6h00 du matin, à leur domicile ou celui de leurs parents. Ils-elles ont été mis-e-s en garde à vue pendant 24h et ont été présenté-e-s devant un juge d’instruction le lendemain en fin de journée.Retour ligne automatique
Ces garde à vue ont été prononcées pour suspicions de :

- dégradation : comprendre ériger un mur devant la devanture d’un local néo-nazi « le pavillon noir », déclinaison locale du Bastion Social, organisation d’extrême-droite violente dont les agissements font régulièrement l’objet d’articles dans la presse. Retour ligne manuel
- outrage : un tag critiquant la police quelques mètres en face de ce local. Retour ligne manuel
- association de malfaiteurs : entendre que ces dégradations ont été faites avec préparation, à plusieurs.

Et un de nos camarades sera jugé pour refus de donner ces codes de cryptage et code PIN des téléphones et ordinateur.

Lors de ces perquisitions, les policiers se sont permis de prendre tout notre matériel militant. Ce sont des milliers d’autocollants, 600 badges, des centaines d’affiches, 4 drapeaux de notre organisation qui ont été pris et envoyés à la destruction.

Ils se sont permis de prendre tous nos vêtements qui pouvaient avoir de près ou de loin une connotation politique. Des t-shirts estampillés « antifa », avec un poing levé, nos t-shirts et sweat de soutien au comité Adama « vérité et justice pour Adama », ceux-ci envoyé aussi à la destruction.Retour ligne automatique
Enfin, encore plus choquant, ils nous ont pris beaucoup de livres. Il est difficile pour nous d’établir une liste exhaustive. Des listes d’objets ont été soumises à la signature de nos camarades mais elles ne nous ont pas été communiqués par la suite.

Vu qu’il existe des personnes qui doutent de notre bonne foi tant ceci parait outrancier, voici les titres dont nous sommes sûrs qu’ils ont été pris et détruits, puisqu’ils étaient sur la liste des destructions et non sur celle des scellés. Veuillez noter qu’il peut y avoir jusqu’à 10 exemplaires de ces titres :

  • Le théorème de la Hoggra de Mathieu Rigouste
  • La domination policière de Mathieu Rigouste
  • Permis de tuer du collectif Angles morts
  • Comment la non-violence protège l’Etat de Peter Gelderloos
  • La galaxie Dieudonné
  • Aube Dorée le livre noir du parti nazi grec de Dimitri Psarras
  • La commune du Rojava L’alternative kurde à l’État-nation par Collectif
  • Le guide d’autodéfense numérique Edition Tahin Party
  • Vengeance d’Etat – Villiers-le-Bel, des révoltes aux procès par Collectif Angles morts
  • Pourquoi faut-il punir ? Par Catherine Baker
  • L’homme et la terre de Elisée Reclus
  • Pirhanas de Roberto Saviano . (Un roman qui n’a rien à voir avec tout ça, mais chose insolite il se trouve que l’auteur est très engagé contre le ministre de l’intérieur Matéo Salvini).

Entre le matériel militant, les vêtements et les livres, le préjudice financier se situe sans doute à plusieurs milliers d’euros. A ceci devront s’ajouter les frais de justice : plusieurs avocats nous ont défendus et poursuivront le suivi judiciaire jusqu’à un hypothétique procès. Nous tenons à préciser que la justice ne dispose d’aucune preuve qu’un quelconque délit ait été commis par nos camarades. Toutes ces raisons nous obligent à ouvrir un pot commun pour faire face à cette répression.

Nous avons eu énormément de messages de soutien partout en France et en Europe de la part d’individu-e-s, groupes politiques ou associations. Nous vous en remercions, ceci est très important pour nous, la solidarité est notre force et elle est une arme pour résister. Leurs tentatives d’intimidations ne nous impressionnent pas, le combat du Groupe Antifasciste Lyon et Environs continue !

Nous continuerons de lutter contre l’extrême-droite, contre le recul de nos libertés, pour un monde sans frontières et pour plus de solidarité entre tous et toutes.

- Voici le lien du pot commun : https://www.lepotcommun.fr/pot/9svw75wb

 

 

Texte de revendication de l’attaque du local identitaire « La Traboule » paru sur rebellyon, écrit par la cellule DALI

 

Le 23 octobre, le local des militants néo-fascistes « Génération Identitaire » a été attaqué par des militant-e-s antifascistes lyonnais-e-s.Retour ligne automatique
Voici le texte de revendication, les images et la vidéo de l’attaque.

Nous, la cellule DALI pour Defense Antifasciste Lyon Intramuros, revendiquons l’attaque artistique hier soir du local de Génération Identitaire Lyon,  » La TRABOULE « .

En effet, bien que cachés dans une ruelle du quartier Saint Jean à Lyon, leur idéologie fasciste pollue notre quotidien. Ils font des actions coup de poings qui ravissent les médias, mais leur laisse du sang sur les mains.Retour ligne automatique
Leur actions Defend Europe sont criminelles. Ils chassent les exilé-e-s qui souhaitent traverser la mer méditerranée ou les Alpes en étant subventionnés par des bienfaiteurs racistes.

Les identitaires sont une milice néo-fasciste qui sert de think-thank d’extrême-droite pour politiciens populistes. La pensée anti-immigration qu’ils sème contamine toute la classe politique du RN (feu FN) à la gauche vallsiste ou social-chauvine (on se souvient de la sortie de Melanchon sur les travailleurs détachés ou encore des saillis de son lieutenant Djordje Kuzmanovic).Retour ligne automatique
Cette pensée identitaire nourrit les politiques européennes de fermeture des frontières et contribue à pousser l’Europe à sous-traiter la gestion de ses frontières. Ainsi l’Europe finance l’autocrate Erdogan pour gérer les flux migratoires ou encore des milices libyennes qui torturent et font commerce des migrants.

Ils ont donc doublement du sang sur les mains.

Les murs que dressent l’Europe tuent. L’idéologie identitaire est une idéologie mortifère.Retour ligne automatique
Il est facile de se pavaner en doudoune bleue, tout droit sorties des grandes écoles quand on a été biberonnés par des parents issus de la bourgeoisie et qu’on a manqué de rien. Tout ça pour vomir son dégueulis idéologique devant les médias avides de renforcer le buzz médiatique.

Maintenant le sang est devant vos yeux. C’est le sang que fait couler la France, l’Europe mais c’est aussi le sang que fait couler la milice identitaire.

Nous venons vous mettre le nez dans votre politique sanguinaire

Il est d’autant plus facile de déverser autant de haine quand on a Collomb comme parrain dans la vie, dans la ville et dans la pensée.

Après le béton autogéré du commando AFARGE, en passant par l’attaque des auto proclamé-e-s jardiniers du commando post situationniste du Muguet, nous la cellule DALI proposons nos pinceaux sur les autres structures fascistes implantées à Lyon.

Nous agissons avant qu’il ne soit trop tard pour ne pas chanter un jour à nouveau :

O partigiano portami viaRetour ligne automatique
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciaoRetour ligne automatique
O partigiano portami viaRetour ligne automatique
Ché mi sento di morir

Nous terminerons sur ces quelques phrases pour que notre action politique résonne en lyrics.

Musulmane de ton voile, dis-leur Don’t Panik !!Retour ligne automatique
Banlieusard de ta ville, dis-leur Don’t Panik !!Retour ligne automatique
Mon slogan, ma devise, c’est le Don’t Panik !!Retour ligne automatique
Prolétaire de ta classe, dis-leur Don’t Panik !!Retour ligne automatique
Africain de ta peau, dis-leur Don’t Panik !!Retour ligne automatique
Musulman de ta foi, dis-leur Don’t Panik !!Retour ligne automatique
Mon slogan, ma devise, c’est le Don’t Panik !!

Commencez à paniquer bande de nazis.

Présentation des livres de Jann-Marc Rouillan et Aurélien Dubuisson sur Action Directe le Vendredi 12 Octobre à librairie la Gryffe

Action Directe, groupe autonome révolutionnaire, a fait le choix des armes pour la révolution de 1977 à 1987. Jann-Marc Rouillan, membre fondateur d’A.D. en a payé le prix et a passé plus de 25 années en prison dans des conditions qualifiées d’inhumaines par le syndicat de la magistrature. Interdit d’évoquer son engagement auprès d’Action Directe pendant des années, il nous livre aujourd’hui un témoignage précieux sur un des derniers groupes de guérilla d’inspiration anarchiste et communiste en France. Aurélien Dubuisson viendra quant à lui nous présenter la genèse du groupe Action Directe grâce aux nombreux témoignages qu’il a recueilli.

- Jann-Marc Rouillan, « DIx ans d’Action Directe. Un témoignage 1977-1987 »

« Le nom “Action directe” a surgi lors d’une réunion dans un tout petit appart donnant sur le cimetière de Montmartre. Il avait été avancé par un camarade italien. Savait-il que la puissante organisation du syndicalisme révolutionnaire italien au début du XXe siècle était Azione Diretta ? Lorsque ce nom est apparu officiellement, nombreux furent les censeurs : ils n’y voyaient que référence au militarisme ou à l’anarchisme de la propagande par le fait. C’était oublier combien ce terme appartient au patrimoine de toute la classe prolétarienne, qu’on le retrouve dans les premiers congrès de la CGT et dans les luttes de libération nationale. »

Du choix de la lutte armée à l’emprisonnement de 1980 et l’amnistie de 1981, de l’investissement avec les sans-papiers du quartier de la Goutte d’or au retour à la clandestinité en 1982 puis à l’arrestation de 1987 avec Nathalie Ménigon, Joëlle Aubron et Georges Cipriani en passant par les liens avec la Fraction armée rouge et les Brigades rouges, Jann Marc Rouillan raconte pour la première fois l’histoire interne d’Action directe. Analyse critique par l’un de ses protagonistes, ce livre est une pièce indispensable d’un fragment de l’histoire politique française et européenne. Si cette histoire attend ses historiens, elle ne se fera pas sans ses témoins.


- Aurélien Dubuisson. « Action Directe. Les premières années (1977-1982). »

« À chaque fois que je sautais un comptoir de banque, j’avais un air de rock’n’roll dans la tête. »

Lorsqu’on évoque Action directe, on se limite généralement aux exécutions de René Audran et de Georges Besse en 1985 et 1986, ainsi qu’aux arrestations et longues détentions qui s’ensuivirent. Pourtant, on ne peut réduire cette coordination polymorphe de quelques dizaines de militant·e·s à son dernier noyau.Retour ligne automatique
Action directe prend naissance dix ans plus tôt, dans un contexte imprégné des souvenirs tumultueux de Mai 68, bercée par l’antifranquisme, les luttes anticarcérales, l’anti-impérialisme et une nouvelle expérience politique : l’autonomie ouvrière.Retour ligne automatique
Grâce à de nombreuses sources, dont une série de témoignages inédits reproduits dans le présent ouvrage, l’auteur tente de saisir l’émergence d’une organisation armée, de sa genèse aux scissions qui marquèrent l’année 1982.

Présentation de la campagne #NicoLibero, antifasciste turinois en détention préventive depuis 6 mois, le mercredi 19 septembre

 

 

Tour de présentation de la campagne #NicoLibero, pour la libertaion de Nicolo, jeune antifasciste turinois en détention préventive depuis 6 mois et discussion sur la situation politique en Italie.Rendez-vous à Lyon le mercredi 19 septembre, à 18h30 à la maison de la Mésopotamie, 11 rue Mazagran Lyon 7eme.

Pendant plus de trois mois, Nicolò a été enfermé dans la prison de Le Vallette à Turin pour avoir participé à une manifestation antifasciste contre Casapound le 22 février passé. A cette occasion, pendant des heures, des centaines de manifestantEs avaient assiégé le meeting électoral du parti fasciste en s’affrontant avec la police qui défendait l’hôtel 4 étoiles où les fascistes étaient réunis.Retour ligne automatique
Après plusieurs demandes de remise en liberté, le juge a finalement assigné Nicolò à résidence avec un bracelet électronique. Pourtant, étant donné qu’il n’y avait pas de dispositif disponible à ce moment, Nico est resté en taule. Une situation assez commune en Italie, où les juges octroient souvent la détention avec bracelet, tout en sachant qu’il y une pénurie chronique et organisée, ainsi beaucoup de détenuEs se trouvent dans cette situation absurde. Il est finalement sorti de prison et se trouve actuellement en arrêt domiciliaire avec un bracelet électronique.

Nicolò est accusé essentiellement de “concours moral”, un dispositif juridique qui vient tout droit du Codice Rocco, le code pénal fasciste. On ne lui reproche aucune conduite criminelle, si ce n’est d’avoir été présent au cortège antifasciste. Toute cette opération judiciaire, orchestrée par le Parquet de Turin et réclamée à cor et à cri par tous les partis politiques, a investi de nombreux antifascistes de Turin avec obligation de pointer, assignation à residence et interdiction de territoire. Il s’agit d’un procès monté à la hâte sous pression médiatique, à caractère de toute évidence punitif et fortement politique, avec l’objectif de punir des camarades connuEs par la police politique turinoise pour les luttes contre les expulsions locatives, le soutien aux piquets de grève et les manifs contre le train à grande vitesse Lyon-Turin (NO TAV).

L’incarcération de Nicolò se fait, bien entendu, dans le silence absolu de toute la gauche italienne, ce qui témoigne encore une fois de plus l’hypocrisie patente de ceux qui jusqu’à hier réclamaient des peines exemplaires contre les antifascistes et qui aujourd’hui se scandalisent contre le gouvernement “populiste” de Ligue et Mouvement 5 étoiles.

Nous avons lancé une campagne de soutien pour Nicolò et les autres antifas frappéEs par la répression #NicoLibero. Pour alimenter cette campagne, nous voulons organiser un petit tour, également à l’étranger, pour parler de l’histoire de Nico et renforcer les liens internationaux de solidarité. La rencontre sera structurée avec une petite présentation, la projection d’une video (vostfr) et une discussion sur la situation politique en Italie.

« Les camarades de Nicolo »

- 19/09 Lyon 18h30 à la Maison de la Mésopotamie, 11 rue Mazagran Lyon 7eme Retour ligne manuel
- 20/09 Marseille 19h à la Salle Gueule, 8 rue d’Italie, 13006 Marseille Retour ligne manuel
- 21/09 Genève 19h – Le Silure, 3 sentier des Saules, 1205 Genève Retour ligne manuel
- 22/09 Paris – info à venir

Rencontres avec des camarades libertaires d’Exarcheia le vendredi 7 septembre

 

Le vendredi 7 Septembre aura lieu une rencontre avec des révolutionnaires Grecs-ques à la librairire la Gryffe. Retour ligne automatique
Le film de Youlountas « L’amour et la Revolution » sera diffusé et nous nous retrouverons autour d’un apéritif de rentrée militante.

Projections, rencontres, débats et repas partagés en présence de camarades libertaires et antifascistes venus d’Exarcheia qui ont participé au film L’Amour et la Révolution.

Seront présent-e-s :

- GIORGOS DU GROUPE ANARCHISTE ROUVIKONASRetour ligne automatique
Basé au cœur d’Exarcheia et très célèbre en Grèce, ce groupe anarchiste multiplie les actions coup de poing contre tous les pouvoirs depuis plusieurs années et fait souvent la une des journaux télévisés. Malgré la propagande inquiétante contre lui, il bénéficie d’une grande popularité parmi les opprimés et donne une image courageuse et solidaire de l’Anarchisme. Beaucoup de ses membres sont également impliqués dans la lutte contre Aube Dorée au centre d’Athènes et dans des initiatives solidaires autogérées.

- MIMI DU SQUAT DE MIGRANTS NOTARA 26Retour ligne automatique
Premier squat historique de la crise des réfugiés en 2015 au centre d’Athènes, le Notara 26 occupe un immeuble appartenant au ministère du travail dans le nord-ouest du quartier. En 2016, il a été victime d’une attaque incendiaire fasciste, mais a rapidement été reconstruit. Au total, il a accueilli plus de 6000 migrants de 15 nationalités différentes, dont beaucoup d’enfants, dans l’autogestion, la solidarité et la démocratie directe.

- PERSEUS ET KINIMATINI DU CONTRE-MÉDIA PERSEUS 999Retour ligne automatique
Contre-média réputé en Grèce et au-delà, Perseus 999 est une chaîne youtube qui propose un autre regard sur les résistances libertaires et antiautoritaires à Athènes : vidéos au cœur des émeutes, actions antifascistes, musiques rebelles, comptes-rendus d’événements politiques et preuves irréfutables de la répression.

- LE RÉALISATEUR YANNIS YOULOUNTASRetour ligne automatique
Militant libertaire et antifasciste proche des trois collectifs ci-dessus, initiateur d’actions solidaires et de convois vers Exarcheia, Yannis est aussi l’auteur d’un livre sur le quartier (Exarcheia la noire aux Éditions Libertaires) et le réalisateur de la trilogie Ne vivons plus comme des esclaves, Je lutte donc je suis et L’Amour et la Révolution. Il diffusera des extraits du troisième film montrant Rouvikonas, Notara 26 et Perseus 999 en actions et aidera à la traduction durant les échanges.

Organisé par La Gryffe, le Groupe Antifasciste Lyon et Environs, l’équipe du film l’Amour et la Révolution et ELAFF du Tarn (écolos libertaires antifascistes et féministes).